17/05/2018

Nous découvrons les bâtiments à consommation quasiment nulle: l’optimisation énergétique dans le domaine de la construction.

Au futur, l’Europe va devoir face à un grand défi: pour atteindre les objectifs établis par la Directive d’Optimisation Énergétique des Bâtiments (2010/31/EC), il faudra mettre totalement en place les “nZEB” (Nearly Zero Energy Buildings), ou bâtiments à Consommation Quasiment Nulle, sur l’horizon 2020.

Le compte à rebours a déjà commencé, car pour 2018, tous les bâtiments à caractère public doivent devenir énergétiquement optimisés, afin de satisfaire aux normes qui les certifient en tant que tels. Sans le moindre doute, il s’agit d’une grande transformation pour le secteur de la construction, qui rend nécessaire son adaptation presque imminente s’il entend pouvoir remplir les exigences de la nouvelle règlementation.

Aujourd’hui, nous savons quelles sont les clés des Bâtiments à Consommation Quasiment Nulle, quelles sont-elles exactement, et à quel point nous y trouvons-nous en Espagne?

En savoir davantage sur le concept

La directive Européenne recueille sa définition comme “un bâtiment présentant un niveau d’optimisation énergétique très haut (…). La quantité quasi nulle ou très basse nécessaire devrait être couverte, en grande mesure, par une énergie provenant de sources renouvelables (...).

En fait, quoiqu’il existe une certaine flexibilité pour que chaque pays puisse s’adapter selon ses méthodes constructives et les conditions climatiques caractéristiques de chacune de ses régions, il est clair que la demande provenant des bâtiments à consommation quasiment nulle, comme son nom l’indique, doit être « très basse », et il faut travailler sur plusieurs fronts clés, comme les suivants, pour y arriver :

 

  • Mesures passives reliées à la conception et à la qualité constructive.
  • Installations et équipements hautement optimisés.
  • Sources d’énergies renouvelables propres ou des environs.
  • Éléments de contrôle et de gestion pour l’optimisation énergétique (domotique, habitudes…).

 

Il existe une donnée qui estime que l’économie d’énergie des nouveaux bâtiments peut arriver à se situer entre 60% et 80%, ce qui illustre un grand progrès dans le sens de la durabilité.

À quel point nous y trouvons-nous en Espagne?

Pour atteindre l’objectif fixé par la nouvelle Directive Européenne, le gouvernement de chaque pays doit élaborer un plan d’action qui lui est propre, et recueille les délais prévus pour ces agencements. Actuellement, en Espagne, un nouveau Document du CTE est en cours d’élaboration et il est prévu qu’il entre en vigueur à partir de 2019.

En outre, selon les données d’une étude élaborée l’année dernière par le groupe de recherche ENEDI (Energética en la Edificación) de l’Université du Pays Basque (UPV/EHU), les pays du sud de l’Europe sont ceux qui sont « à la traine », et le défi à relever très spécialement est, non seulement de faire face comme il se doit à la construction des nouveaux bâtiments en fonction des directrices de durabilité stipulées, mais aussi de moderniser les bâtiments existants. 

Gestilar, engagés envers la durabilité

Saviez-vous que les projets de Gestilar ont tous la plus haute certification de performance énergétique des bâtiments ? Nous en mentionnons quelques-uns: Isla de la TojaIslas Estelas et Isla de Arosa. C’est ainsi que l’on obtient une diminution des émissions de CO2 et aussi une réduction des exigences énergétiques du bâtiment. Notre engagement envers l’environnement est donc bien clair et il se réalise au moyen de l’utilisation de matériaux et d’éléments qui amélioreront la durabilité et l’optimisation de nos logements.

On t'appelle? shareIcons subscribeIcons

31 MAYO - 3 JUNIO 2018. FERIA DE MADRID - Stand E2-004

31 MAYO - 3 JUNIO 2018.
IFEMA - Stand E2-004